Peut-on fabriquer son propre sirop pour abeilles ?

On trouve dans le commerce du sirop pour le nourrissement des abeilles, très apprécié de ces dernières. Mais il est bien souvent difficile de connaître l’origine et la composition du produit vendu. Quand on est apiculteur, on est proche de la nature, et on aime faire soi-même les choses, même si elles prennent du temps.

 

L’intérêt de fabriquer soi-même le sirop

Faire soi-même le sirop pour ses abeilles est très gratifiant. Et surtout, on peut doser exactement comme on le souhaite, et en fonction des besoins de ses petites butineuses.

C’est une façon de prendre soin d’elles. On peut les soigner grâce à des ingrédients rajoutés dans la préparation. On peut prévenir les maladies. On peut les aider à affronter l’hiver. On peut les fortifier et stimuler la ponte. Et tout cela, grâce au sirop que l’on aura fait soi-même.

Comment fabriquer son propre sirop pour abeilles ?

Deux ingrédients sont nécessaires à la fabrication du sirop pour abeilles. De l’eau et du sucre. Attention, dans cette préparation, on n’utilise que du sucre blanc cristallisé, de canne à sucre ou de betterave (du saccharose), plus facilement assimilable par les abeilles.

Pour un nourrissement de stimulation, le sirop est préparé en mélangeant 1 kg de sucre avec 1 litre d’eau. Pour un nourrissement plus intense en vue de préparer l’hivernage, un sirop plus concentré est préparé, mélangeant 2 kg de sucre avec 1 litre d’eau.

Les qualités du sirop

Pour être consommé par les abeilles et pour que le nourrissement se fasse dans de bonnes conditions, le sirop devra :

  • avoir une composition et une texture ressemblant au miel
  • être facilement assimilable par l’abeille
  • ne pas cristalliser
  • ne pas fermenter

Complexité de sa préparation

Il est vrai que fabriquer son propre sirop est bien plus difficile qu’il n’y paraît, prend énormément de temps et demande beaucoup de minutie. Il ne suffit pas de mélanger l’eau et le sucre, et c’est fini. Non loin de là, cette fabrication est tout un art.

Un art dans le dosage idéal en fonction des besoins particuliers des abeilles. Un art dans la chauffe de l’eau à l’exacte température (au-delà d’une ébullition de 119°C, le sirop serait impropre à la consommation par les abeilles). Un art pour stabiliser la préparation et éviter la fermentation ou la cristallisation.

 

Acheter le sirop dans le commerce est tellement plus facile, mais encore faut-il choisir le bon, pour que les abeilles ne soient pas malades, qu’elles se développent vite et qu’elles ne contaminent pas le miel avec des produits indigestes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *